LES PENITENTS NOIRS

Par Liliane, Mars 2019

   La première confrérie des Pénitents noirs de la Nativité de Jean-Baptiste est fondée en 1486 par un groupe d'exilés originaires de Florence. En 1496, les Augustins lui concèdent une chapelle de leur cloître, rapidement insuffisante en raison du nombre croissant de confrères et en 1542, la construction d'une chapelle est entreprise sur une partie du cimetière acquise au couvent. Le décor est réalisé entre 1588 et 1648 par Pierre Duplan et la Valfenière, puis sous la direction de Reynaud Levieux de 1651 à 1694. Catherine de Médicis fit partie de cette confrérie. Avec la suppression des confréries par la loi de 1792, la chapelle est vendue et totalement démembrée.

Emblème des Pénitents noirs,

la tête de saint Jean-Baptiste

Une scission au sein des Pénitents noirs donna lieu à la confrérie des Pénitents blancs (1527) et à celle des Pénitents noirs de la Miséricorde (1588) fondée par Pompée Catilina. Celui-ci est envoyé par le pape pour diriger à Avignon les troupes pontificales avec le titre de « cappitaine d'une compagnie de gens à pied pour nostre Sainct Père ». Il donne pour vocation à la confrérie des Pénitents noirs de la Miséricorde de secourir spirituellement et matériellement les prisonniers et assister les condamnés à mort.

 

Elle établit son siège en la chapelle de l'Hôpital de Notre-Dame de Fenouillet, près de la porte Aurose (actuelle porte de la Ligne). Le premier Recteur de la Confrérie fut inhumé en 1615 dans la collégiale saint-Agricol. Son tombeau était l'œuvre du florentin Simone Bartolacci.

   En 1596, Clément VIII accorde à la confrérie le privilège d'obtenir la libération d'un condamné à mort le jour de la décollation de Jean Baptiste. En 1617, Paul V leur permet d'obtenir cette grâce quel que soit le jour de l'année.

 

Une fois la demande accordée par le vice-légat, les Pénitents noirs délivrent le condamné qui est alors conduit, au bout d'une chaîne d'argent, par le recteur de la confrérie jusqu'à la chapelle. Il est revêtu d'une robe rouge et coiffé de branches d'olivier.

 

Après une action de grâce, il parcourt les rues, précédé par des Suisses et suivi d'une fanfare. La foule chante des Te Deum et des Benedictum. Le cardinal Richelieu lors de son exil à Avignon de 1618 à 1619, participa à cette cérémonie.

Photographie illustrant la «Sanche» 2018 de Perpignan, sur le même thème.

   La Révolution, par un décret de 1792, supprime toutes les congrégations et communautés religieuses et leurs biens sont vendus. La chapelle des Pénitents noirs fut conservée comme annexe de l’hôpital des Insensés. Le maire Guillaume Puy demanda le rétablissement des noirs, des gris et des blancs, ce qui fut refusé par l’archevêque constitutionnel qui dut cependant l’accepter en 1815. La confrérie se reforme rapidement, mais décline fortement après la Première Guerre mondiale et cesse son activité en 1948., pour renaître en 1984.

La chapelle des Pénitents noirs

 

   Les Pénitents noirs acquièrent la chapelle de Notre-Dame de Fenouillet (de fenolhetum, petit pré ) en 1591, à laquelle ils ajoutent une sacristie et une anti-chapelle au XVIIème siècle, durant lequel de nombreux travaux sont exécutés : riches boiseries et toiles de grands peintres d'Avignon.

 

Dans les années 1720, la confrérie obtient la gestion de « l’Hospice des Insensés » voisin, et le recteur Manne entreprend de nouveaux embellissements. On fait appel à Thomas Lainée qui commence par la reconstruction de la façade, mais il décède en 1739. Le chantier est poursuivi par Jean-Baptiste Franque qui respecte le projet de son prédécesseur, considéré comme son chef-d'œuvre.

 

La chapelle a été classée Monument historique en 1906, mais se trouvait dans un état de grand délabrement. Elle a été restaurée mais ses nombreux tableaux originaux ayant été dispersés à la Révolution, ils ont été remplacés par des œuvres sans lien avec les sujets d'origine. Les grandes toiles que l’ont peut voir actuellement sont de Nicolas Mignard, Pierre et Joseph-François Parrocel, Reynaud Levieux.

 

C’est la seule d'Avignon dont l'architecture et le décor évoquent les splendeurs d’origine, toutes les autres ayant été détruites ou modifiées au XIXème siècle. La chapelle est confiée à l'association Saint Jean Baptiste.

La façade baroque présente une Gloire de Pierre  Bondon : des anges  portent la tête de Jean-Baptiste sur un bassin, rappelant le rôle des Pénitents noirs dans la grâce accordée aux condamnés le jour célébrant la Décollation du saint.

Nicolas Mignard - La Visitation - 1648 - Provenant du couvent

la Visitation Saint-Georges

Chapelle des Pénitents noirs

57 rue de la Banasterie

En 1659, Jean Baptiste Guillermin sculpte un Christ en croix dans une défense d’éléphant donné par un chirurgien admirateur de son talent. Le fils de celui-ci en fait don à la confrérie dont il est le recteur. Ce chef d’œuvre, admiré par Canova lui-même, est aujourd’hui au musée Calvet.

Procession des Pénitents Noirs

Dimanche 7 avril 2019

< Pénitents gris                                                                                                      Pénitents blancs >

 Contact avignon.lacitemariale@gmail.com  Mentions légales © 2019 Association Avignon,  la cité mariale  Association laïque à but non lucratif, dédiée à la préservation et mise en valeur du patrimoine d'Avignon - N° Immatriculation RNA : W842007266 - Code APE : 94.99 Z - N°SIRET : 839 258 092 00015

  • Facebook
  • YouTube Social  Icon