Par Liliane, Novembre 2019

LES BAINS POMMER

Le temps s'est arrêté aux Bains Pommer...

Auguste-Claude Pommer et son épouse Pauline, fille de maître-nageur

    En décembre 1890, après avoir travaillé aux "Bains de la Poste" rue de la République, Auguste Pommer inaugure l’Hôtel Grands Bains de la Place Pie dont il avait dessiné les plans, et qui comprend une trentaine de salles de bains et une vingtaine de cabines de douche, sur une superficie de 790m², soit la moitié du bâti.

 

Il a tout prévu : l’usine à eau chaude alimentée par trois chaudières à charbon, une station de pompage, des réservoirs pour l’eau et des terrasses pour sécher le linge. Outre la famille Pommer, quatre employés assurent un service et une propreté irréprochables : serviettes chaudes, produits de toilette.

Le décor Belle Epoque est somptueux :escalier à double volée, faïences, mosaïques, miroirs, bois cirés, profusion de plantes vertes dans des vases turquoise, cuivres étincelants, vitrine de produits de toilette, "régulateur" d'Antoine Marc et pendule provençale de Saïn, tous deux horlogers avignonnais.

  L’établissement, qui a tout d'une  station thermale miniature, attire  la bourgeoisie locale en lui permettant de bénéficier de soins d’hydrothérapie. Frédéric

       Mistral en personne serait venu apprécier les bienfaits des bain.

 

Plus tard, avec le développement des notions d'hygiène, l'établissement sera  ouvert au grand public.Le tout-à-l'égout ne s'impose qu'à la fin du XIXème siècle, et il faudra attendre les années 1970 pour que l'installation de salles de bains privées se généralise, d'où le recours fréquent aux Bains publics.

   Les cabines de bain et de douche offrent tout le confort souhaitable et on peut appeler le personnel à l’aide d’une clochette en étain.

Des serviettes chaudes sont fournies. Les baignoires sont frottées avec de la cendre tamisée pour ne pas les rayer. Tout est lavé quotidiennement.

 

Au comptoir, le client choisit bain ou douche et accroche quelque chose à la porte pour signifier que la cabine est occupée. Le linge et les caillebotis au sol sont prêts.

Dans les années 60, les clients durent apporter leur serviette, puis à partir de 1971, la durée d’occupation des cabines passa à 20 minutes, pour 3 francs 20 centimes.

Accueil  / Ressources / Dictionnaire des rues / Quelques repères

Le fils d’Auguste Pommer, Louis, puis son petit-fils Marcel lui succédèrent. On prit l’habitude de désigner l’établissement par « les Bains Pommer ». « Prenez vos bains chez Pommer » disait la publicité dans les quotidiens de la ville.

A partir des années 1960 et 1970, chaque foyer fut peu à peu doté de sanitaires. La fréquentation des Bains Pommer chuta et les coûts augmentèrent, si bien que l’établissement dut fermer en 1972.

 

Magnifiquement préservé par l’arrière-petite-fille d’Auguste Pommer, qui en a fait don à la ville d’Avignon, ce lieu va devenir un « Musée de l’Hygiène du XIXème siècle ».

Les Bains Pommer

 25 rue du Four de la Terre

<Art Déco 4                                                                                            Académie de Vaucluse >

 Contact avignon.lacitemariale@gmail.com  Mentions légales © 2019 Association Avignon,  la cité mariale  Association laïque à but non lucratif, dédiée à la préservation et mise en valeur du patrimoine d'Avignon - N° Immatriculation RNA : W842007266 - Code APE : 94.99 Z - N°SIRET : 839 258 092 00015

  • Facebook
  • YouTube Social  Icon