LogoACMombré.jpg

Par Liliane, Juillet 2018

Le Palais du Roure

Hôtel de Baroncelli-Javon

    En 1469 un banquier florentin, Pierre Baroncelli, achète à Avignon la « taverne de l’Amourié » lors de son mariage avec Leonarde de Passis, puis acquiert les demeures avoisinantes pour agrandir sa propriété. Proches du futur pape Jules II, les Baroncelli deviennent une famille importante de la ville. Au XVIIème siècle, la demeure prend le nom d’hôtel de Javon.

 

En 1891, le baron de Baroncelli-Javon et son fils Folco s’associent à l’œuvre de Frédéric Mistral et font de leur demeure un foyer du félibrige, y installant la presse (qui s’y trouve toujours) où sera imprimé le journal en langue d’oc, « l’Aïoli », et le célèbre roman en vers de Mistral en langue provençale, « Mireille », qui lui vaudra le prix Nobel de littérature en 1904. C’est Mistral qui surnomme l’Hôtel « palais du Roure », c'est-à-dire du chêne.

06-Roure Portail.jpg
02-Roure Cour.jpg

Vendue en 1907, la maison est dépouillée de ses moulures et ornements et complètement dégradée. Jeanne de Flandreysy, journaliste littéraire au Figaro, va la sauver en la restaurant avec ferveur pour en faire de nouveau un centre important de la culture provençale. Elle y reçoit Mistral lui-même ainsi que de nombreux poètes et peintres, accueille conférences et concerts et accumule archives, manuscrits, costumes, instruments de musique, objets et meubles provençaux, ainsi qu’une collection de 200 cloches sur lesquelles elle fait graver le nom de ses amis et des artistes qu’elle admire.

07-Jeanne de Flandreysy.jpg

Jeanne de Flandreysy

par Pau-César Helleu

Baroncelli 2i.jpg

Le marquis Folco de Baroncelli en 1932

180724-Roure Vierge.jpg

Madone de Javon

dans  la cour de l'Hôtel

Jeanne de Flandeysy épouse Émile Espérandieu, archéologue et membre de l'Institut. Ils créent la Fondation Flandreysy-Espérandieu, que Jeanne lègue à Avignon tout en continuant d'y habiter jusqu'à sa mort, en 1959.

 

Le palais du Roure, classé au titre des Monuments historiques, est devenu un musée de l'Histoire et des traditions provençales.

02bis-Roure_FaçadeCour1.jpg
180724-Roure Texte porte.jpg
03-Roure Gargouille1.jpg
03 bis-Roure Gargouille2.jpg

L'ensemble des bâtiments a été restauré en 2018. Dans la cour on distingue les anciennes arcades gothiques.

180724-Roure_culot_d_ogive_de_l_entrée.j
180724-Roure_Clés_de_voûte_entrée.jpg
01-Henry de Groux.jpg

Autoportait d’Henry de Groux, peintre symboliste belge longtemps accueilli par Jeanne de Flandreysy qui collectionnait ses toiles.

Médaillon représentant un bébé emmailloté qui rappelle ceux d’Andrea della Robbia sur la Piazza della Santissima Annunziata à Florence.

180724-Ecusson.jpg

Vitrail reprenant le thème du mûrier de « la taverne de l’Amourié »

04-Roure  Bébé céramique.jpg
180724-Roure Lampe.jpg

Ci-dessous à gauche, l'arrivée de la patache dans la cour en 1935.

Patache.jpg

Ayant été utilisée pour un film, la "patache" qui amenait Mistral en visite au palais du Roure devait être détruite. Jeanne de Flandreysy l'acheta et fit démonter le toit du grenier pour l'y transporter à l'aide d'une grue.

05-Roure Patache.jpg

Le Palais du Roure

3 rue du Collège du Roure

< Maison 4 de chiffre                                                                                                            La vice-gérence>