Accueil  / Dictionnaire des rues / Place des Carmes

Vierge à l’enfant 

1 - Place des Carmes

 

Le nom lui vient évidemment de l’établissement créé par les religieux du Mont Carmel en 1267, hors des murs de la ville et à proximité des infirmeries. 

La voûte de leur église s’écroula le 20 Mai 1672.

 

Nommée place de la Liberté en 1790, la place des Carmes reçut l'arbre de mai cette année-là. Agrandie en 1791 par la suppression d'immeubles appartenant aux Carmes, elle devint le marché aux chevaux.

 

2 - Entre les rues Carreterie et Infirmières au niveau du clocher Saint-Augustin -

 

5 - 6 - Les Carmes sont arrivés en Avignon en 1267. Installés d'abord en ville, ils reçurent du pape Jean XXII une maison ayant appartenue aux Templiers, disponible a la suite de la suppression de cet ordre. C‘est ici, en dehors de la première enceinte que sera édifiée l'église des Carmes entre 1320 et 1326. C‘est la seule qui a conservé son cloître accolé sur son flanc nord. Un grand clocher monté sur un socle carré complète l'ensemble monumental. 

 

L’hôpital Ste-Marthe fut fondé en 1354 par Bernard Rascas, l'édifice actuel date des XVll et XVlll. La pharmacie fut construite en 1760 et la chapelle des religieuses est fort belle.

 

L'église a beaucoup souffert au cours des siècles. On a gardé le souvenir du «déluge de la Saint Martin» qui le 11 novembre 1544 entraîna une inondation telle que les tombeaux placés sous les dalles s'ouvrirent et que les cercueils surnagèrent. L‘incendie de 1562 détruisit la plus grande partie de l'église du couvent et les archives.

Le choeur est à nouveau refait en 1624. La voûte écroulée en 1672, est reprise en 1678.

 

6 - L’église fut rebâtie, mais on n’y fit point la voûte. Celles qu’on y voit aujourd’hui sont

en briques, et ont été faites vers 1835. Entre la place et la rue des Infirmières, les Carmes

possédaient quatre petites maisons qui formaient l’île 14.

Elles furent démolies au mois d’octobre 1791, et ce numéro manque aujourd’hui dans la série des 157 îles dont se compose la ville.

 

Avec ses sept chapelles latérales de part et d'autre de la nef, l'église des Carmes reste la plus vaste de la ville. Les fonts baptismaux sont en pierre du XVIe siècle. A l'intérieur, on notera les orgues élevés en 1871 par Cavalier Coll. Un très beau calvaire du XVIe avec la Vierge et Saint Jean auprès du Christ en Croix, en bois polychrome, est mis en évidence ainsi qu'une statue de la Vierge en bois argenté du XVIIe, qui serait de Jacques Bernus.

 

La place fut décorée en 1889 d'une fontaine pour célébrer le centenaire de la Révolution ; agrandie de nouveau du côté de la rue Carreterie, elle recevra alors la halle couverte installée auparavant place Pie en 1863. 

 

Fontaine et halle couverte ont depuis disparues. Par contre l'église des Grands Carmes devenue l'église paroissiale Saint-Symphorien en 1792, a été préservée. 

 

 

Le cloître a été donné après la guerre à la ville d’Avignon par M. Manon. Peu à peu les galeries ont retrouvé leurs croisées d‘ogives. Il est utilisé par les gens du quartier qui trouvent une mairie de quartier dans les bâtiments qui donnent sur la place. 

 

A l'Est, l'ancienne salle capitulaire est voûtée de liernes et de tiercerons en gothique flamboyant. Dans le prolongement nord de cette salle, se trouvait l'ancienne chapelle des Pénitents Bleus qui succédèrent aux XVIIe et XVIIIe siècles aux Pénitents Blancs qui, créés en 1527, bâtirent une chapelle dans l'enclos des Dominicains en 1559. 

 

Pendant des siècles, l'église des Carmes a reçu le 9 février la grande fête célébrant Sainte Appollonie. L'oraison à cette sainte explique pourquoi son culte fut si populaire : «Noble Vierge Sainte Apollonie... faute de n'avoir voulu adorer les idoles et les dieux des Gentils, l'on vous a très cruellement rompu et froissé les mâchoires à coups de marteau, et puis arraché toutes les dents avec des tenailles de fer, je vous supplie très affectueusement, maintenant que vous jouissez de la vision béatifique, et êtes colloquée au séjour des Bienheureux, d'intercéder envers Dieu pour moi, et pour tous ceux et celles qui ont douleur des dents, afin que par l’énormité de nos péchés nous ne soyons plus tourmenté de ce cruel mal, mais que nous nous réjouissions d‘une bonne santé tant de l'âme que du corps». 

 

Sur la place des Carmes, au numéro 25, se trouve toujours la maison Gleize de Crivelli du XVIIIe siècle ; le 20 prairial de l'an 11, «la citoyenne Gleize de la place des Carmes, fut choisie comme déesse de la Liberté et défila de par la ville sur un char tiré par quatre boeufs». 

© 2019 Association Avignon,  la cité mariale - avignon.lacitemariale@gmail.com

Association laïque à but non lucratif, dédiée à la préservation et mise en valeur du patrimoine d'Avignon

N° Immatriculation RNA : W842007266 - Code APE : 94.99 Z - N°SIRET : 839 258 092 00015

Fondateurs NG -JMA - Détenteurs du Certificat de Formation à la Gestion Associative (C.F.G.A)

Partenaire : 

Copie de logo-aprova84_transparent.png