et ses déclinaisons

    Limas vient du latin limaeus qui signifie boueux. Le nom apparaît dès 1303. Dès que le Rhône était en crue, l’eau limoneuse s’infiltrait par la porte du Rhône et envahissait la rue. À la décrue, il ne restait que la boue. Les inondations de décembre 2003 ont montré que l’eau sautait par-dessus et à travers les batardeaux pour se répandre dans la rue du Limas. Elle ne fut pavée qu'en 1741. Le Limas était alors un quartier populaire.

  

À hauteur de la rue du Petit-Limas, une inscription indique le niveau du Rhône lors de l’inondation du 4 novembre 1840.

 

Un bas-relief représente le ferrement d’un cheval avec deux personnages Au centre devait se placer saint Eloi, mais il a été arraché.

Au n° 19 c'est l'ancienne maison des Chartreux de Villeneuve qui géraient aussi un hospice. Une cour du XVIIème siècle est dominée par un balcon porté sur un demi arc de pierre. Madame Boulle, la mère de l'écrivain natif d’Avignon Pierre Boulle, auteur du «Pont de la Rivière Kwai» et de la «Planète des Singes», vécut longtemps ici.

 

Au n° 34, une maison très étroite ne comporte sans doute qu’une pièce par étage.

Au n° 51 se trouvait autrefois l'auberge du Bras d'Or. 

Au n° 52, belle maison avec des fenêtres à meneaux.. 

La jolie Vierge à l'enfant avec des traces de couleur est  identique à celle qui se trouve à l’angle de la place saint Didier et de la rue des Trois-Faucons. 

< Rue des Lices                                                                                                                                                        Rue Londe >

 Contact avignon.lacitemariale@gmail.com  Mentions légales © 2019 Association Avignon,  la cité mariale  Association laïque à but non lucratif, dédiée à la préservation et mise en valeur du patrimoine d'Avignon - N° Immatriculation RNA : W842007266 - Code APE : 94.99 Z - N°SIRET : 839 258 092 00015

  • Facebook
  • YouTube Social  Icon