Accueil  / Dictionnaire des rues / Rue du Rempart Saint-Lazare

Rue du Rempart Saint-Lazare

Vierge aux roses - Madonna delle rose - vierge aux rayons

1 - Rue du Rempart-Saint-Lazare

 

 2 - De la rue de la Palapbarnerie à la rue de la Parte-Saint-Lazare -

 

6 - N° 2 : le grenier à sel, aujourd’hui monument historique. Il a été construit en 1363. Le sel était très important puisqu’il permettait la conservation des aliments et une lourde taxe lui était appliquée. 

 

Il a été reconstruit en 1756 par Brun. Depuis le XVIe siècle, on avait installé à cet endroit le Grenier a sel de la Ferme : il provenait des étangs de Peccais, et la rue s'appelait rue des Salins car s'y trouvait également le grenier à sel du Dauphiné. C’est là que se trouvaient aussi les fileuses de chanvre d'où le nom d'autrefois de la Canneterie. 

 

 

5 - L’inondation de décembre 1755 fut épouvantable : «Le grenier à sel de la porte de la Ligne a perdu presque 7 000 minots de sel ; il y en a resté un petit tas dans un coin ; tout le reste a été fondu et confondu dans la boue. Il en coûtera 20 000 écus aux fermiers généraux», raconte Laurent Drapier. 

 

Quelques années plus tard, ce Sont les propriétaires du péage qui protestent face a la suppression de leurs bénéfices : «Le sel qu’on décharge dans Avignon est sujet à une redevance de trois minots par barque. Le produit de ce dernier droit est destiné à marier de pauvres et honnêtes filles. Le péage à sel d‘Avignon appartient à un corps de propriétaires connus sous le nom de Coseigneurs d’Avignon. Ce corps est composé de vingt-deux communautés ecclésiastiques, séculières et régulières, parmi lesquelles on remarque la Métropole d’Avignon, les trois principales églises paroissiales et collégiales de cette ville, entre autres, celle du chapitre de Saint Didier fondé sous le pontificat d'Innocent VI et dont la dotation est formée en grande partie de l'intérêt qu’il possède dans ce péage ; plusieurs communautés religieuses ; la Commanderie de l'Ordre de Malthe établie à Avignon : quelques hôpitaux et d'autres établissements pieux. Les Coseigneurs laïcs ne sont que deux et n‘ont qu’une modique portion dans le péage dont il s'agit». 

 

Au N° 22, était autrefois la chapelle de Notre-Dame-de-la-Majour ou Notre-Dame des-Salins. Au mois de mai 1642, plusieurs miracles se produisirent devant cette madone, et les offrandes furent si abondantes que le clergé de Saint Symphorien demanda à la ville de disposer d'une tour de remparts pour les entreposer, afin d'attendre qu'il y en ait suffisamment pour l'érection d‘une chapelle. 

 

 

6 - En 1897, le Grenier à sel fut transformé en brasserie . Un siècle plus tard il a été réhabilité. Le rez de chaussée est devenu un hôtel des ventes et le vaste étage abrite deux temples maçonniques. 

 

Séparé par l'ancienne hôtellerie de la Croix Verte, puis du Lion d'or et le cimetière des Juifs installé ici vers 1632, se trouvait le grenier à sel du Dauphiné. 

© 2019 Association Avignon,  la cité mariale - avignon.lacitemariale@gmail.com

Association laïque à but non lucratif, dédiée à la préservation et mise en valeur du patrimoine d'Avignon

N° Immatriculation RNA : W842007266 - Code APE : 94.99 Z - N°SIRET : 839 258 092 00015

Fondateurs NG -JMA - Détenteurs du Certificat de Formation à la Gestion Associative (C.F.G.A)

Partenaire : 

Copie de logo-aprova84_transparent.png