Au XVème siècle, cette rue était connue sous le nom  « du Four de la Figuière », que l'on trouve   dans les registres des reconnaissances passées au profit du chapitre de Notre-Dame des Doms en 1500. Figuière, en provençal, signifie figuier.


C'est aussi le nom d’une vieille famille avignonnaise qui a joué un rôle important et dont un membre, Guillaume, écrivain, historien et poète, fut consul en 1215. Un autre Guillaume, à la fin du XIIIème siècle, fut un troubadour surnommé  le Satyrique, car il s'en prenait avec beaucoup de verve aux puissants, pape ou empereur.

  

La rue Figuière débouche, le long de l'église saint Didier,

sur une petite place où étaient inhumés les bourreaux,

d’où son appellation de rue du Cimetière des Bourreaux.

   L'ordre de moines chevaliers et médecins des Antonites, ou Hospitaliers de Saint-Antoine, avait été fondé en 1219, avec pour spécialité de soigner le «Mal des Ardents» ou «Feu de Saint Antoine». Cette maladie due à la présence de l'ergot de seigle dans la farine, entraînait une gangrène des pieds et des mains aboutissant à des infirmités graves, des convulsions et des vertiges.

A Avignon les Antonites construisirent leur église et leur couvent au début du XIVème siècle. Les bâtiments conventuels ont disparu mais l'église est restée intacte. En façade, un oculus ajoure le mur au-dessus de la grande porte échancrée au XVIIIe. A l'intérieur, des marques de tâcherons restent lisibles et dans l'abside, on retrouve le cul de four frappé du Tau des Antonites, en clé de voûte et sur l'arc triomphal repris à l'époque classique par l'architecte Pierre Thibaud.

La tradition voulait que saint Antoine soit accompagné d'un petit cochon. Cela entraîna le privilège pour les moines de posséder des porcs qui se nourrissaient en pillant les commerces et parfois déterraient les corps fraîchement ensevelis dans le cimetière de Saint Pierre. 

Elle servit de refuge à Benoit XIII, le dernier pape d'Avignon, quand il dut s'enfuir du Palais par une porte murée, ouverte pour l'occasion.

C‘est dans cette église que fut enterré Alain Chartier en 1449. Secrétaire de Charles VII, diplomate, considéré comme l'inventeur de la prose oratoire française il fut surtout un poète très célèbre en son temps.

Désacralisée à la Révolution, elle devint un garage à bateaux après la Seconde Guerre mondiale, puis en 1970 un centre culturel américain. Le cinéma Utopia-République en occupe une partie. L'autre achetéée en 2013 par des particuliers a été transformée en maison d'hôtes.

< Rue Félix Gras                                                                                                                                     Rue des Fourbisseurs >

© 2020 Association Avignon  la cité mariale - avignon.lacitemariale@gmail.com

  • YouTube Social  Icon