Accueil  / Dictionnaire des rues / Rue du Paul Saïn

Rue Paul Saïn

Notre-Dame-de-Conversion

Vierge - vierge en prière

1 - Rue Paul-Saïn

 

La rue porte aujourd'hui le nom d’un artiste né en 1853 que ses peintures des bords du Rhône et de la campagne normande ont rendu célèbre. 

C‘est ici l'ancienne rue Philonarde qui rejoignait le portail Matheron.

 

 

2 - De la rue Thiers à la rue du Portail-Matberon -

Comme la rue Philonarde, dont elle est le prolongement, la rue Paul-Saîn longe les anciens remparts.

 

 

 

4 - Paul Saïn fils d'une ancienne famille provençale, fut I' élève de Guilbert d’Anelle. Il est né en Avignon en 1853 ; son atelier Se trouvait au Portail Matheron. Il mourut le 6 mars 1908 dans sa chambre rue des Trois Colombes. On a de lui au musée Calvet, deux vues prises de la Barthelasse et un portrait de Frédéri Mistral dont il était l‘ami. 

 

N° 20 : c'est la maison de naissance de François Balthazard Sixte Isnard en 1793. Lorsque son père, Claude, meurt en 1823, Sixte se lance avec la plus grande énergie dans les industries de la soie et de la garane. Cinq ans plus tard, il acquiert le domaine du Blanchissage du clos de la Sacristie et la fabrique Picard de la rue Notre Dame des Sept Douleurs, Un fils, Félicité Claude Léon né en 1818 décède en 1841 dans sa maison de la rue Banasterie, Iaissant un père déjà veuf. Sixte Isnard va alors consacrer sa fortune en fondant un hospice de bienfaisance «en faveur de la classe qui m‘a aidé à acquérir ma fortune et d'appliquer à sa fondation la plus grande partie de ce que Je possède. Lorsqu'il meurt en 1845, Il laisse la Ville d'Avignon légataire universelle. L‘hospice de Sixte Isnard sera construit sur son domaine de la Trillade entre 1851/52 et recevra soixante ouvriers. Il a été détruit en 1957 pour faire place à des HLM. 

 

 

En face au N° 42 vivait à la fin du XVIIe, début XVIIIe, Claude Pintat, qui fut archiviste de la ville et dont le classement par boîtes est Toujours en vigueur aux archives départementales. Plus haut dans la rue, l‘Immaculée Conception a une chapelle élevée en 1850 en style Néo-Gothique. Le bas-relief de Jean-Baptiste Lafitte représente la Vierge entourée d‘anges musiciens.

 

 

6 - En remontant la rue, on rencontre la Chapelle de la Visitation avec sa belle façade baroque construite pour les dames de la Visitation par le cardinal Mario Philonardi, archevêque et vice-légat d'Avignon entre 1631 et 1638, sur les plans de François Royers de la Valfenière. 

Une nef unique voûtée en berceau surbaissé aboutit au choeur surmonté d'une coupole et accosté de deux chapelles latérales. Celle du sud est grillagée pour recevoir les soeurs cloîtrées. Les putti qui ornent les arcades latérales sont de Jean André Borde (1604-1667) ainsi que plusieurs des quatre statues qui ornent les niches à la base de la coupole. 

 

 

La Chapelle de la Visitation 

 

En 1775, Marie Madelaine de La Fare devint religieuse dans le couvent de la Visitation ou du Saint Sacrement Elle en devint la Supérieure Jusqu'à la Révolution et fut alors mise en prison. Sortie vivante de la tourmente revolutionnaire, elle parvint à racheter le couvent mis en vente comme bien national et revientnt s'y installer en 1807 avec six autres sœurs.

 

Le monastère, occupé pendant un siècle par les soeurs du Saint Sacrement, a été vendu en 1992 à M de Chirée. Il me souvient d'une messe de minuit où, enfant de choeur, j'assistais  le chanoine Arlaud, aumônier Nous étions seuls dans cette nef plutôt grande, à grelotter sous la coupole dominant le chœur, tandis que les religieuses, restaient isolées derrière leur grande grille noire à psalmodier les cantiques C'était en 1958 Les dernières années du monastère, ne résidaient plus que quatre religieuses : on sonnait fortement à la cloche et au bout de quelques minutes, la sœur tourière venait de son pas léger glissé, ouvrir le Judas de l'entrée : Vite, on se disait quelques mots car arrivait au pas de charge le pas tout aussi léger, mais vindicatif de la mère supérieure qui venait profiter d un instant de distraction avant d'ouvrir généreusement la porte de la chapelle privée .

Le 4 novembre 1721, on élève un autel devant l'église de la Visitation pour que passe une procession contre la peste. Les reliques de la Sainte Croix sont promenées  à travers les rues, tandis que l’assesseur de la Ville les suivait à genoux, ainsi qu'il en avait fait le vœu, un gros flambeau allumé à la maim Il avait dit que la Cité serait consacrée au Sacré Cœur de Jésus si la peste s'arrêtait. En effet, pendant la peste de 1669, les magistrats d‘Avignon s'étaient dejà voués à la Sainte Vierge. 

 

A côté se trouve la chapelle de la Congrégation des Hommes élevée en 1751-1753. L’autel est encadré par quatre immenses colonnes à chapiteaux corinthiens, supportant un fronton triangulaire. Sur le mur, un grand Couronnement de la Vierge est Signé de Nicolas Mignard Cette chapelle est devenue celle de la Mission Italienne d’Avignon qui réunit plusieurs centaines de familles 

 

La Congrégation des Hommes fut fondée en 1734 à la suite des prédications du père Bridaine. L’église fut d‘abord placée sous le vocable de Notre Dame de Conversion. A la Révolution, on y plaça la section de l'Égalité.Elle devint ensuite Saint Pierre la garance. La Vierge de façade fut placée en 1912. Pendant la guerre, labbé Krebs, fut l'aumônier des réfugiés qui se réunissaient dans cette chapelle. Sous le pseudonyme de Victor, il fut un des premiers chefs du réseau «Combat». 

© 2019 Association Avignon,  la cité mariale - avignon.lacitemariale@gmail.com

Association laïque à but non lucratif, dédiée à la préservation et mise en valeur du patrimoine d'Avignon

N° Immatriculation RNA : W842007266 - Code APE : 94.99 Z - N°SIRET : 839 258 092 00015

Fondateurs NG -JMA - Détenteurs du Certificat de Formation à la Gestion Associative (C.F.G.A)

Partenaire : 

Copie de logo-aprova84_transparent.png