Accueil / Ressources / Dictionnaire des rues / Rue de la Petite Fusterie

    Comme la rue de la Grande Fusterie, la Petite Fusterie tient l’origine de son nom des fustiers, charpentiers et marchands de bois. On l’appelle Fustaria minor en 1281, Fustaria nov en 1364 et Parva Fustaria en 1370. Le côté oriental correspond à l'un des murs du forum romain.

 

En 1450, une délibération du Conseil déclara que toutes les étoffes  fabriquées à Avignon seraient "plombées sur un côté aux armes du Saint Père et de la ville d'Avignon pour être reconnues sur le marché", et devraient être vendues rue de la Petite Fusterie.

Grâce à la proximité du port fluvial, les voyageurs et les visiteurs étrangers étaient nombreux. Très vite une activité nouvelle envahit le quartier de la  Fusterie : l’hôtellerie. Pétrarque raconte qu’Avignon au XIVème siècle regorgeait d’hôtels.

 

En 1587,  le duc d’Épernon la fit « desmavonner » pour pouvoir y courir « la bague avec grand triomphe, tous masques accoutrés de couleurs » : il fit dépaver la rue pour y faire une course à cheval entre gentilshommes, au cours de laquelle il fallait, avec une lance, enfiler un anneau suspendu à une potence (jeu toujours pratiqué à Semur en Auxois)

Le collège saint Bernard fut fondé en 1496 et établi à Avignon par l'abbé cistercien de Sénanque, Jean Casaleti, pour six moines destinés à l'étude du droit canon. Des pensions et reconnaissances sont encore attestées au XVIIIème siècle, mais le collège semble à cette date avoir cessé toute activité.

L'Hôtel voisin possède un bel escalier de pierre du XVIIème siècle dont la façade tournée vers la rue est un exemple unique à Avignon.

    La rue possède plusieurs beaux hôtels particuliers :

L‘Hôtel de Brantes, qui donne aussi sur le parvis de St Agricol. fut construit par Alexandre le Blanc entre 1685 et 1686. Il resta aux Blanc de Brantes jusqu'à la Révolution.

 

L'Hôtel de Monery du XVIIIème siècle abrite une suite d'appartements bien conservés et un bel escalier. A partir de 1885, l'immeuble appartint à la famille de Saint Priest d'Urgel et est depuis 2018 propriété d'une société immobilière.

L’Hôtel de Tonduty de saint Légier avait appartenu à Pompée Catilina. De la demeure ancienne il subsiste une belle fenêtre à meneaux de la fin du XVème siècle. Pierre-François de Tonduty de saint Légier, baron de Malijac (1583-1669) était un juriconsulte éminent, primicier (directeur) de l’université, comte palatin et astronome qui, en 1634, définit la latitude d’Avignon depuis l’observatoire du collège des Jésuites. Il fit transformer la demeure et demanda à Nicolas Mignard  la décoration du grand salon. Les dessus-de-portes  sont exposés au Musée Lapidaire.

Le professeur Gabriel Colombe, l'un des premiers conservateurs du Palais des Papes, dont les nombreuses études ont permis de faire les premières identifications des différentes parties du monument, habita ici. Une rue porte son nom dans le quartier de Monclar.

 

La maison de Pertuis occupe l'unique vestige de l'église de  la Madeleine du XIIIème siècle (photo ci-contre)

< Rue de la Petite Calade                                                               Rue de la Petite Meuse >

 Contact avignon.lacitemariale@gmail.com  Mentions légales © 2019 Association Avignon,  la cité mariale  Association laïque à but non lucratif, dédiée à la préservation et mise en valeur du patrimoine d'Avignon - N° Immatriculation RNA : W842007266 - Code APE : 94.99 Z - N°SIRET : 839 258 092 00015

  • Facebook
  • YouTube Social  Icon