Accueil  / Dictionnaire des rues / Rue & Place de la Principale

Rue & Place de la principale 

Vierge aux rayons

1 - Rue et place de la Principale 

 

L’ancien nom de cette place est Marché-au-Safran. Son nom actuel lui vient de l'ancienne église Notre-Dame-de la-Principale qui date du XI° siècle.

 

2 - De la rue Rouge à la rue des Fourbisseurs -

 

L‘église Notre-Dame de la Principale semble remonter au moins au Xle siècle. L‘édifice actuel, appelé chapelle des Pénitents Blancs cache derrière une façade du XIXe de l'abbé Pougnet, une nef et ses bas-côtés du XIVe, remontés en partie au XVe. La Révolution a fait vendre l‘ ancienne abside qui donnait sur la rue des Fourbisseurs. Depuis plusieurs années, les Pénitents Blancs sont utilisés comme lieu de Spectacles et d‘exposition. Le clocher, une flèche posée sur un socle carré, contribue à alléger le paysage de la cité. 

 

4 - Les pénitents blancs avaient leur chapelle avant la Révolution, dans l'enclos des prêcheurs. Au siècle dernier ils se sont reconstitués à Notre Dame de la Principale qui a perdu alors son rôle de paroisse. 

 

Les Processions de Pénitents 

 

Parmi les grandes processions des pénitents, on à gardé la relation de celle du 7 juin 1733, rapportée par le Courrier d’Avignon «M. Decluni, docteur es Droits, recteur de la compagnie, était à la tête avec un flambeau d'une livre, marchant au milieu de Mrs Richard et Canonge, ses deux cousins et ses deux vice-recteurs. Ils étaient suivis d‘une fort belle fanfare composée de deux trompettes, une paire de timbales, plusieurs dessus de violon et quelques autres instruments de musique. 

 

M. le comte de Suse, Mrs les marquis d’Ampus, de Fourbin fils, de Roux et plusieurs autres gentilhommes et plus de 40 autres confrères des plus apparents marchaient deux à deux après la fanfare et précédaient la Croix devant laquelle trois jeunes confrères portaient des encensoirs garnis de rubans de différentes couleurs… Une fort belle symphonie marchait immédiatement après le Saint Sacrement qui était porté par M. le doyen de Saint Pierre. au milieu de quatre fanaux d‘argent. Enfin, trois flambeaux de plus de dix livres pièce suivaient le dais. Ils étaient ornés d‘écussons aux armes de Mgr l'archevêque avec des noeuds de rubans de diverses couleurs  et Mrs les Consuls en habit de cérémonie avec un flambeau à  la main terminaient la procession… On ne sortit qu‘à neuf heures de la chapelle, pour attendre la nuit, temps fort convenable pour les habits blancs… On compta ce jour-là dans Avignon plus de 12 000 étrangers venus des lieux circonvoisins et ils ne furent pas les seuls à courir de rue en rue pour voir défiler deux ou trois fois la procession, et fermer tellement le passage que, dans les plus grandes rues, il fallait que les pénitents marchassent un à un. En un mot il y a longtemps qu‘on n‘avait vu une si belle procession, ni si nombreuse, puisqu‘on y comptait plus de 400 confrères.» 

 

6 - Au début des années 1960, on agrandit la place en démolissant quelques maisonnettes qui servaient de dépôt à l’E.D.F. Cela a permis de mettre en évidence la belle façade de l'hôtel de Verclos construit entre 1686 et 1689. A la fin du XXe siècle, une grande opération immobilière obligea à faire des fouilles archéologiques. Un mur romain du 1er siècle de 40 mètres de long et de 6 mètres de haut fut découvert. Un archéologue fut enseveli dans un éboulement du terrain. La place fut fort rétrécie par la construction des bâtiments neufs qu‘on y fit et l‘endroit devint fort minéral. 

© 2019 Association Avignon,  la cité mariale - avignon.lacitemariale@gmail.com

Association laïque à but non lucratif, dédiée à la préservation et mise en valeur du patrimoine d'Avignon

N° Immatriculation RNA : W842007266 - Code APE : 94.99 Z - N°SIRET : 839 258 092 00015

Fondateurs NG -JMA - Détenteurs du Certificat de Formation à la Gestion Associative (C.F.G.A)

Partenaire : 

Copie de logo-aprova84_transparent.png