Accueil / Ressources / Dictionnaire des rues / Rue et Place Aubanel    

    Autrefois, une hostellerie à l’enseigne de saint Marc donnait son nom à une des rues les plus importantes de la ville mais la rue saint Marc disparut en grande partie avec la percée du cours Bonaparte, devenu rue de la République. Il en subsiste le tronçon appelé aujourd'hui Théodore Aubanel. 

 

C’est à son débouché sur la rue de la République que se trouvait l'hôtel du marquis de Calvière-Vézenobre (1693-1777), fondateur de la première loge franc-maçonne d’Avignon. Appelé par Calvet «le plus grand homme qu'ait produit sa patrie», le marquis a associé son nom à la fondation de la Comédie de la place Crillon.

 

Une belle maison gothique du XVème siècle qui appartenait au marquis d’Ampus-Castellane  fut acquise en 1798 par Antoine Aubanel. Originaires de Haute Provence, les fils de l’aigle blanc (Aubanéu en provençal) s'installèrent dans la ville en 1744. Théodore Aubanel, né dans cette maison en 1829, y écrivit «La Miougrano entre duberto» (La grenade entrouverte) avant de déménager place saint Pierre à cause des démolitions entreprises.

 

Les imprimeurs avignonnais du XVIIe siècle avaient comme spécialité la contrefaçon d'ouvrages dont ils inondaient le marché. Protégés par les frontières pontificales, ils se prévalaient d'origines fantaisistes, Paris, Genève, Londres ou Amsterdam. Le système perdura après la Révolution. Chateaubriand raconte dans  «Mémoires d'Outre-tombe» comment, en 1802,  il vint chez Chambaud pour lui demander des comptes : «Mon cher ami, je pars lundi pour Avignon où je vais saisir, si je puis, une contrefaçon qui me ruine.». La contrefaçon de  Chambaud donna lieu à une transaction en justice et Chateaubriand obtint 240 francs-or.

Vierge à l'Enfant du portail ouest de l'église saint Didier donnant sur la place Théodore Aubanel ou Plan de saint Didier

   La rue s'élargit pour former la petite place pavée Théodore Aubanel,  où l’ancienne appellation « Plan de Saint-Didier » est encore gravée, et qui servit de "Marché au plâtre". Elle est terminée par un porche qui facilitait la communication entre l’église et l’habitation des chanoines. On passe dessous pour aller vers la place saint Didier ou la rue Prévôt.

Sur cette place se trouve le bel Hôtel Forbin la Barben, dit aussi Hôtel Marcel Puech, du XVIIIème siècle.

< Rue Artaud                                                                                                                               Rue des Bains >

 Contact avignon.lacitemariale@gmail.com  Mentions légales © 2019 Association Avignon,  la cité mariale  Association laïque à but non lucratif, dédiée à la préservation et mise en valeur du patrimoine d'Avignon - N° Immatriculation RNA : W842007266 - Code APE : 94.99 Z - N°SIRET : 839 258 092 00015

  • Facebook
  • YouTube Social  Icon