Accueil / Art & Histoire / Epidémies

Par Michel Gromelle, octobre 2020

Un texte sur les épidémies par Michel Gromelle

Un peu d'histoire

 

Bien avant le Covid, Avignon a connu un tableau plus terrible, La peste le choléra et la grippe espagnole.

Nous vivons une crise qui frappe actuellement notre planète qui prendra fin, tout le monde s'accorde sur ce point ainsi que sur les conséquences dramatiques qui nous attendent.

Cependant ils restent pour nous qu'un mauvais souvenir .

La consultation du patrimoine historique et de ses Archives Municipales (où le meilleur accueil vous sera réservé) nous rappelle que la fin d'une terrible épidémie dévaste Avignon au XVII ° siècle et figure toujours dans les mémoires des Avignonnais.

 

La Peste de 1720

Arrive le 15 mai 1720 un navire marchand à Marseille malgré de fort soupçons de peste à bord les règles sanitaires en vigueur ne sont plus respectées. Les notables qui ont financé l'expédition font jouer leurs relations pour que la cargaison soit débarquée à temps pour la Foire de Beaucaire ; ce navire marchand n'a pas respecté la quarantaine.

Ce fléau va provoquer entre 90 000 et 120 0OO victimes  en Provence dont 6000 pour notre ville d'Avignon dévastant une économie prospère et laissant des traces démographiques et sociologiques indélébiles.

Afin de protéger le Comtat  Venaissin de l'exode des habitants des villes qui se réfugient à la campagne les autorités papales font faire édifier un mur de pierres sèches , appelé «  mur de la peste » ,  en 100 jours de 2 mètres de haut et 27 km entre la Durance et le Ventoux sous la surveillance de 1000 soldats qui patrouillent nuit et jour le long du mur et de 40 postes de garde .

Le tracé en avait été déterminé par l’architecte et cartographe carpentrassien Antoine d'Allemand.

Les habitants pour circuler doivent présenter un bulletin de santé attestant qu'ils ne viennent pas d'un village voisin.

Malgré les précautions la peste contourne la barrière.

Illust Gromelle 2.jpg
Illust Gromelle 1.jpg

Machine à désinfecter les tombeaux

Depuis 1986 des passionnés restaurent ce mur qui a aujourd'hui un itinéraire d'amoureux de randonnées  en Provence.

La peste commence a ravager Avignon, la cité ferme ses portes.

Chacun doit rester chez lui, changer d'habits et faire attention à son alimentation. Quatre Compagnie sont chargées de la police et les contrevenants sont emprisonnés. Une machine à désinfecter les tombeaux dans les églises est mise au point.

Le 19 août 1722 grâce surtout à une quarantaine très stricte de 60 jours la peste prenait fin.

Notre ville a perdu un quart de sa population.

 

Au XIX ° siècle le choléra

La pandémie démarre à Paris et se repend pour arriver en 1834 à Avignon.

Poudre de crapaud, masque à tête d’oiseau, avec des essences aromatiques et confinement dans les « lazarets » n'y font rien, des centaines d'habitants laissent leur vie.

Emile Zola a écrit des pages saisissantes la dessus. Jean Giono aussi bien sûr dans plusieurs de ses textes plus particulièrement avec un de ses personnages dans le « Hussard sur le toit » publié en 1951.

La grippe espagnole 

Après la première guerre mondiale la grippr espagnole apparaît à Avignon. Le virus tuera donc des dizaines de millier de personnes avant de disparaître en 1919.

 

En conclusion comme quoi l'héritage des épidémies du passé ne se perd pas toujours.

 < Epidémies 2                                                                                                                           Architecture >

 Contact avignon.lacitemariale@gmail.com  Mentions légales © 2019 Association Avignon,  la cité mariale  Association laïque à but non lucratif, dédiée à la préservation et mise en valeur du patrimoine d'Avignon - N° Immatriculation RNA : W842007266 - Code APE : 94.99 Z - N°SIRET : 839 258 092 00015

  • Facebook
  • YouTube Social  Icon