LogoACMombré.jpg

Accueil / Art & Histoire / 7eme Génie

Par Liliane & Francis, septembre 2021

Le 7ème Génie d'Avignon

Devise : Parfois détruire Souvent construire Toujours servir

     C’est le 1er octobre 1894 précisément qu’est créé le régiment du 7ème Génie à Avignon, en remplacement du 1er régiment d’artilleurs-pontonniers.

 

Le « génie militaire » est une composante de l’Armée de terre auquel sont affectées trois missions : combattre, construire et protéger. Il s’agit de l'ensemble des techniques d’attaque, de défense et de construction des infrastructures nécessaires aux armées au combat : fortifications, constructions ou réparations de routes, de ponts, de voies de chemins de fer ou autres transports, pose ou destruction de champs de mines, etc. Son objectif est de permettre le mouvement et le soutien aux forces armées et gêner ceux des forces ennemies.

Insigne.jpg
CartePostale10.jpg
CartePostale09.jpg
CartePostale08.jpg
CartePostale07.jpg

Outre sa coopération à des constructions et réparations de ponts sur le Rhône et à des opérations de sauvetage dans le Vaucluse, le 7ème Génie participe à de nombreuses campagnes coloniales : Madagascar en 1994/95, Chine en 1900/1901, corps expéditionnaire au Maroc en 1907/1908.

Le 7ème génie compte 230 officiers, 12000 hommes, 3000 chevaux, 550 voitures.

Il est installé à la caserne Hautpoul, actuelle Cité administrative. En 1906, il déménage pour la caserne Chabran dont la construction, due à la municipalité, au 28 du boulevard Limbert, face aux remparts, obéit à  l’architecture typique de la IIIème République : trois bâtiments en U autour d’une place d’Armes. Le nom de Chabran vient du général de la Révolution et de l’Empire Joseph Chabran, né à Cavaillon en 1763 et mort en 1843 à Avignon.

Caserne Hautpoul.jpg

Caserne Hautpoul

caserne Chabran.jpg

Caserne Chabran

La vie quotidienne à la caserne est rude : règles strictes, sanctions, corvées, promiscuité, entrainements sévères. Après la nuit en chambrées, les soldats font ensemble leur toilette dans des bassines en fer blanc posées à même le sol. En pantalon couleur garance, ils participent aux activités quotidiennes : levée de drapeau sur la place d’armes, exercices, marches, manœuvres, apprentissage des armes, corvées : couper du bois, nettoyer les écuries, laver. C’est une épreuve physique et morale pour les jeunes gens, mais aussi une occasion de « voir du pays », en tout cas la ville.

En 1907, le service militaire passe de deux à trois ans.

En 1914 quand la guerre est déclarée, le 7ème génie devient  les 15e, 23e et 24e bataillons du génie qui vont participer aux combats en Lorraine, en Champagne, à Verdun et dans la Somme. La caserne sert de dépôt de matériel militaire.

sapeur.png
1914.jpg

Le départ : le 5 août 1914 le 58e RI quitte la caserne Chabran pour le front

Le bataillon réintègre la caserne jusqu’en 1939, date à laquelle il est remplacé par le 27ème régiment de tirailleurs algériens qui a pour mission de défendre la frontière des Alpes avant de participer aux batailles de Libye en1942-1943 et d’Alsace en1944-1945. En 1942, les Allemands ayant envahi la « zone libre », la Wehrmacht occupe la caserne Chabran.

 

En 1946 le 7ème génie retrouve ses locaux. Des hommes venus de toute la France y font leur service militaire. Le régiment est dissous en 1987 au profit du 7ème bataillon du génie de division alpine, lui-même dissous en 1994 pour être recréé à Angers.

 

La caserne Hautpoul devient alors la Cité  administrative, tandis que la caserne Chabran accueille divers services administratifs et la formation continue dépendant de l’Université d’Avignon.

béret.jpg

Mais outre ses activités militaires, le bien-aimé 7ème génie joue à Avignon un rôle tout aussi important quoique inattendu : sa fête annuelle est l'un des événements les plus attendus par les Avignonnais.

Sirenes.jpg
CartePostale012.jpg
CartePostale06.jpg
CartePostale02.jpg
101_poster_1947.jpg

Le régiment est célèbre par son aptitude à jouer de la musique dont le public raffole, et pour l’organisation des fêtes : stands de tirs, manèges de vrais chevaux, toboggans aquatiques dits «water chute» édifiés grâce à l’habileté des pontonniers, pantomimes où les militaires déguisés tiennent tous les rôles y compris de femmes, labyrinthe, exhibition d’athlètes en caleçon, présentation d’une ménagerie… tout pour amuser enfants et parents venus en foule admirer l’ingéniosité des Sapeurs. Ils participent également au défilé de chars lors des mi-carêmes.

Pour le premier festival de théâtre en 1947, "Une semaine d'art en Avignon" Jean Vilar chargé de la direction artistique présente au Palais des Papes trois créations dramatiques, sans décors : ce sont les soldats du 7ème génie qui montent les tréteaux.

CartePostale01.jpg
CartePostale05.jpg
CartePostale04.jpg
CartePostale03.jpg
CartePostale011.jpg

Tous nos remerciements à M. Michel Gromelle pour le prêt de sa collection de cartes postales.

< Epidémies 2                                                                                                 Avignon 1944 >