Accueil  / Ressources / Dictionnaire des rues / Rue des teinturiers

    Parfois surnommée la rue des Roues, elle suit le cours de la Sorguette, qui alimentait les moulins nécessaires à l’industrie de la soie. Quatre des roues à aubes ont subsisté. C'était le quartier des indienneurs, les fabricants d'indienne​ : des tissus peints ou imprimés, généralement dans des tons de rouge à cause de la plante utilisée pour sa teinture, la garance dont on utilisait la racine, et qui étaient, à l'origine, importés des comptoirs des Indes. Les fabricants étaient installés là pour bénéficier de la rivière où laver les tissus. En 1734, on recensait plus de cinq cents ouvriers de cette profession. Après avoir été interdite sous prétexte de contrebande, l'industrie reprit au XIXème, mais elle périclita quand la mode passa. En 1875, il ne restait que deux fabriques employant 67 ouvriers et une cinquantaine d'enfants.

Rue des Teinturiers. Avignon la cité mariale. Notre Dame des Vignerons

Notre-Dame des Vignerons

     A la fin du XIVème siècle, elle s'appelait  rue allant du Portail Imbert vieux (celui de l'enceinte du XIIIème siècle)  au portail Imbert neuf (les premiers remparts du XIVème siècle) puis de Nazareth, d’après l’hôpital Notre Dame de Nazareth tenu par des religieux entre 1608 et 1640. Un noviciat de Capucins s'y établit ensuite, et on pouvait y voir une "Belle Croix" couverte, rebâtie en 1497 par Ferrier Bernard, le sculpteur du portail de Saint Agricol, mais elle a disparu. Au XVIIème siècle au lieu de platanes c'était des mûriers qui bordaient la rue, dont les feuilles fournissaient les nombreuses magnaneries de la ville et des alentours.

Au cours du XVIIIème siècle, elle devint rue des Pénitents Gris, grâce à la présence de leur confrérie fondée au XIIIème. A cette époque, Avignon avait adopté la cause albigeoise, mais capitulé devant le roi de France après un siège de trois mois. Louis VIII était venu en personne à Avignon et en 1226 s’était rendu en procession expiatoire à la chapelle de la sainte Croix située hors les murs. La confrérie des Pénitents Gris fut instituée à la suite de cet événement.

Puis jusqu’en 1843 la rue fut appelée du Cheval Blanc d’après une enseigne d’auberge se trouvant à la croisée des rues du Bourgneuf et Petit-Grenier, avant de prendre le nom de Teinturiers en souvenir de l’intense activité liée aux textiles des siècles passés.

On peut y admirer la Maison Quatre de Chiffre de style gothique,  la Chapelle des Pénitents gris où se trouve Notre-Dame des Vignerons et le clocher gothique du couvent des Cordeliers.

La Maison Quatre de Chiffre

La chapelle des Pénitents gris

Le clocher des Cordeliers

< Rue de Taulignan                                                                                                              Rue Thiers >