Accueil  / Dictionnaire des rues / Rue du Collège du Roure

Rue du Collège du Roure 

Vierge à l’enfant - vierge noire enceinte

1 - Rue du Collège-du-Roure

 

Un de ses anciennes appellations est rue Triperie-Vieille. Puis, elle a été nommée carriera de l’Amorier; ce nom était dû à la taverne de l’Amorier que Pierre Baroncelli acheta en 1466 pour en faire sa maison.

 

Cette rue doit son nom à l’hôtel qui d’abord fut la livrée de Gui de Malesec, dit le cardinal de Poitiers, que Grégoire XI avait revêtu de la poupre en 1375, et qui mourut le 8 des Ides de Mars 1412. Cette livrée comprenait les hôtels actuels de la préfecture et de Baroncelli, qui étaient réunis par un arceau.

 

2 - Anciennement de la Place de l’hôtel de Ville à celle de la préfecture -

Aujourd’hui du Palais du Roure à la rue Viala -

 

Elle allait de la rue de l’Argentière à la rue des Masses. Elle nous montre la façade à l’ombre du Palais du Roure. Elle porte aujourd’hui le nom d'un de ses anciens aboutissants, le collège du Roure. 

 

 

4 - Ce collège accueillait gratuitement trente six étudiants pauvres en Droit canon, Droit civil et Médecine. Il subsista jusqu’auVII siècle. En 1709, il fut réuni au collège Saint-Nicolas-d’Annecy. Celui-ci avait été fondé en 1476 dans la livrée de Poitiers par Julien de la Rovère (futur pape Jules 11 en 1503). 

 

Là aussi, les abus furent vite de règle. Les escholiers transformèrent leur maison en un véritable lupanar, recevant leurs maîtresses, jouant aux cartes, aux dés, aux boules, à la paume, cachant des armes dans leur chambre comme le montrera une perquisition. Il faudra la réforme de 1644 pour corriger ces moeurs singulières. On obligera les étudiants à porter la Soutane. Comme «ils prétendaient qu'il leur soit fourni de toutes sortes d'épicerie et du sucre pour leur viance, ce qui ne s'est jamais fait : il ne leur sera donné à l‘avenir que leur portion ordinaire, suivant la coutume».

 

Après une bulle papale du 3 des Ides de Mai 1709, eût uni le collège du Roure à celui de Saint-Nicolas le bâtiment qu’il occupait fut vendu aux marquis de Forbin  Sainte-Croix, qui le transmirent par héritage aux marquis de Forbin des Issarts, desquels le département de Vaucluse l’a acquis pour l’affecter à la résidence de MM. les Préfets.

 

En 1787, M. de Baroncelli, marquis de Javon, acheta une surface de terrain d’environ un

mètre qu’il prit sur la maison où sont aujourd’hui les ateliers de M. Petit, lithographe, et qui

appartenait alors à la dame Anselme, veuve Curade. Il réunit cette surface à la voie publique «afin que sa voiture pût passer plus aisément ». La partie supérieure de cette

maison fut soutenue par une trompe ou coquille, exécutéepar un maçon nommé Gallet, qui fit là son chef d’œuvre. Delà, cette portion de rue, entre la place et l’hôtel de Baroncelli, avait pris le nom de rue de la Coquille, qu’elle a perdu en 1843.

 

 

5 - En 1409, les Catalans qui occupaient le Palais pour l’anti-pape, Pierre de Luna, sous le commandement de Rodéric, son neveu, ayant nécessairement compris l’église de Notre-Dame des Doms dans l’ensemble de leur système de défense, les malheureux chanoines,

témoins de la profanation de cette basilique, ne voulurent pas, en se retirant, laisser exposer aux insultes de la soldatesque l’antique Vierge qu’on y vénérait depuis tant de siècles. Ils l’emportèrent solennellement le 22 décembre, nous dit Suarès, et la déposèrent religieusement dans le Palais du cardinal de Poitiers. Six ans plus tard, jour par jour, l’empereur Sigismond, à son retour du Concile de Constance, faisait à Avignon son entrée solennelle aux flambeaux, sous un dais porté par les Consuls, et venait loger dans ce même Palais.

En 1431, la moitié de ce Palais a été acquise par la noble et riche famille des Baroncelli.

L’autre fut achetée plus tard par le cardinal Julien du Roure, neveu du pape Sixte IV, légat et premier archevêque d’Avignon, qui y fonda, le 22 août 1496, le collège auquel il donna

son nom.

 

 

6 - Palais du Roure 

Si le collège du Roure a disparu, le palais du Roure existe encore. Cette «grande maison»a été construite à la fin du XVe Siècle par Pierre de Baroncelli. Son portrait et celui de ses deux épouses successives, Léonarde de Pazzi et Annette de Sade, figurent sur les parcloses du plafond de l'étage. On y trouve également les armes de ses familles alliées, celles de Florence et celles d’Avignon afin d'unir dans la même gloire l'illustre famille, de la cité d'origine a la cité d'accueil qui fit la fortune des exilés. L'intérieur contient des meubles, une Bibliothèque, l'épée d'académicien de Fernand Benoît. La célèbre «patache» qui naguère emmenait Mistral à Maillane, se trouve dans les combles. L'ensemble n'a pas résisté à la quasi disparition de la langue provençale et n‘y subsistent que les souvenirs de Folco de Baroncelli. Il ne reste presque rien du palais gothique remanié au XVIIe siècle. 

 

Sur la façade, un vaste décor de feuilles de vigne entoure l'écu des Baroncelli somme d'une couronne. On a souvent dit que ces feuilles de vigne ressemblaient tellement a celles du mûrier que l'on pouvait y voir une allusion à l'origine des lieux qui abritaient au XIVe siècle la «Taverne de l’Amourier». 

 

A l'angle de l‘hôtel, les pierres sont épannelées sur trois mètres de haut pour faciliter le passage et le fil du mur reprend à partir d'une fort jolie tête sculptée. 

 

Le vestibule d'entrée est voûté de deux croisées d'ogive aux clés à l'italienne, armoriées «de gueules à trois bandes d'argent «des Baroncelli» ; il permet d'arriver dans la cour où l'on est surpris de trouver un grand nombre de cloches accrochées sur les murs. Chacune d'elles porte le nom d'un provençal célèbre.  

© 2019 Association Avignon,  la cité mariale - avignon.lacitemariale@gmail.com

Association laïque à but non lucratif, dédiée à la préservation et mise en valeur du patrimoine d'Avignon

N° Immatriculation RNA : W842007266 - Code APE : 94.99 Z - N°SIRET : 839 258 092 00015

Fondateurs NG -JMA - Détenteurs du Certificat de Formation à la Gestion Associative (C.F.G.A)

Partenaire : 

Copie de logo-aprova84_transparent.png