Accueil  / Dictionnaire des rues / Rue Saint-Etienne

Rue Saint-Etienne

Notre-Dame-de-la-Salette

Vierge en prière

1 - Rue Saint-Etienne

 

Au début de la rue, une plaque gravée signale les vestiges (bien visibles de chaque côté de la rue) des anciennes arcades romaines dites « des Fusteries » qui datent du I“ siècle de notre ère. Elles allaient de l’église Saint-Agricol jusqu’au bout de la rue des Grottes. 

 

Cette rue doit son nom au vocable d’une ancienne église paroissiale qui était au midi de Notre-Dame des Doms, et qu’on démolit pour bâtir le Palais des Papes. On transféra le titre et les services de cette église dans le local d’un ancien hôpital dédié à Sainte-Magdeleine qui se situait au début de la rue et dont une des arcades servait de base au clocher. L’église Sainte-Magdeleine était également appelée église Saint-Étienne. Au Moyen Age, à l’époque où le métier de fustier était important, cette rue s’appelait rue de la Fusterie Moyenne : une grande et une petite existaient déjà et celle-ci les rejoignait.

 

 

La portion de cette rue comprise entre la Grande et la Petite- Fusterie, se nommait jadis la Fusterie-Moyenne, ou Médiane.

 

Ce n’est qu’à partir de 1843 qu’on a étendu le nom de rue Saint-Étienne à la portion comprise entre la Grande- Fusterie et le rempart. 

 

 

2 - Anciennement de la rue de la Balance au rempart du Rhône

Aujourd’hui de la rue Racine à la rue du Rempart-du-Rbône -

 

 

 

6 - Nous avons dit que seul reste des monuments romains d’Avignon qui fut encore en évidence, se trouvait dans cette rue. 

 

Les antiquaires se sont accordés à dire que c’était là les ruines d’un hippodrome. Le testament de Paul de Sade, daté du 10 mai 1345, confirme jusqu’à un certain point cette opinion. 

Une maison de ce quartier s’y trouve désignée en ces termes: Stare situm in parrochia Sancti Stephani Avinionis, confrontatum a duabus partibus cum porticu currilis den cabra. La tradition, en conservant le souvenir de la destination ancienne de ces ruines, n’avait pu empêcher les contemporains d’en affaiblir la majesté en les appelant, des animaux qui, de leur temps, étaient peut-être seuls à les fréquenter, le Cirque des Chèvres. 

 

 

 

 

Autrefois rue de la Fusterie Moyenne, elle possède une maison gothique aux N°22 et 24, qui appartenait à Jean Cadart, seigneur du Thor et médecin du roi Charles VII en 1423. 

 

Au N°18, nous avons la maison des Ballons qui est ornée de montgolfières en l’honneur de leur inventeur qui séjourna dans cette demeure en 1783 et y fit ses premières expériences.

 

Au N°19, en levant les yeux, vous pourrez apercevoir une statuette d’ecclésiastique dans une niche au 2° étage. 

 

Au N°22, l’hôtel de Cadard propose de belles fenêtres à meneaux. On y trouve également un vestige des arcades romaines qui datent du premier siècle après J.C. et couraient de l’église St-Agricol jusqu’à l’extrémité de la rue des Grottes. Un arceau en grand appareil soutenait le clocher de l’église St-Etienne qui fut abandonnée en 1792. On la nommait également église Ste-Madeleine d’où le nom de la place voisine.

© 2019 Association Avignon,  la cité mariale - avignon.lacitemariale@gmail.com

Association laïque à but non lucratif, dédiée à la préservation et mise en valeur du patrimoine d'Avignon

N° Immatriculation RNA : W842007266 - Code APE : 94.99 Z - N°SIRET : 839 258 092 00015

Fondateurs NG -JMA - Détenteurs du Certificat de Formation à la Gestion Associative (C.F.G.A)

Partenaire : 

Copie de logo-aprova84_transparent.png